Contexte règlementaire et normatif

Le contexte technico-réglementaire concernant le bois lamellé repose sur trois types distincts d’exigence :

  • des exigences sur le produit “bois lamellé”
  • des exigences sur la conception des ouvrages en bois lamellé
  • des exigences sur l’exécution de ces ouvrages

Historiquement définies au niveau national, les exigences technico-règlementaires concernant le bois lamellé, sont aujourd’hui de plus en plus définies au niveau européen, avec des adaptations nationales possibles. Il en est de même pour l’ensemble des matériaux et techniques de construction.

Etape intermédiaire vers l’harmonisation européenne, les exigences quant aux produits de construction étaient, jusqu’en 2011, régies par une Directive européenne, donnant lieu à des adaptations règlementaires nationales. Depuis 2011, un Règlement Européen a remplacé la Directive et s’applique dans tous les pays de l’Union. Il renvoie, pour le bois lamellé, à une norme européenne harmonisée (NF EN 14080), qui permet le marquage CE. Ce texte normatif, énonce l’ensemble des contraintes de fabrication (mécanique, résistance au feu, santé, hygiène…) et renvoie aux normes appropriées.

Concernant la conception des ouvrages en bois lamellé, le cadre national (Règles CB71 et Guide pratique du bois lamellé) est également en train de céder la place aux normes Européennes de conception des ouvrages, avec une obligation progressive de conception (calculs, dimensionnement) selon l’Eurocode. La révision du Guide pratique du bois lamellé est envisagée prochainement afin d’accompagner les concepteurs dans ce changement de pratique significatif.

Concernant l’exécution des ouvrages, le cadre reste aujourd’hui national, via les normes DTU, liés à la notion d’assurance, même si des démarches au niveau européens sont en cours.

Les documents suivants (produit, conception, mise en œuvre) sont les textes techniques de référence, pour la fabrication du bois lamellé, la conception des ouvrages, et leur mise en œuvre.

Les exigences essentielles auxquelles sont soumis les produits de construction sont définies dans le Règlement Européen n° 305/2011 du Parlement Européen et du Conseil, datant du 9 mars 2011, établissant des conditions harmonisées de commercialisation pour les produits de construction, et abrogeant la Directive 89/106/CEE du Conseil.

Les modalités pratiques de réponse à ces exigences essentielles, pour la fabrication et le marquage CE des éléments de structure en bois lamellé, sont définies dans la norme européenne harmonisée NF EN 14080 : Structures en bois – Bois lamellé collé – Exigences.

Le dimensionnement des structures en bois lamellé peut s’effectuer selon deux référentiels distincts le référentiel national “historique”, et le référentiel Européen qui le remplacera à terme.

Référentiel national :

  • Règles de calcul et de conception des charpentes en bois dites Règles CB 71 (NF P 21 701)
  • complétées par les règles professionnelles du Syndicat National du Bois Lamellé, publiées dans un ” Guide pratique de conception et de mise en œuvre ” (Editions Eyrolles),
  • et par deux Recueils de Contributions au Calcul des Eléments et Structures en Bois (1988 et 1991) Annales de l’ITBTP – Institut Technique du Bâtiment et des Travaux Publics.

Aux règles CB71, il convient d’associer :

  • les règles Bois-Feu 88 (NF P 92-703) qui permettent de justifier par le calcul de la résistance au feu des structures en bois,
  • les règles Neige et Vent (NV 65) et leurs révisions, pour le calcul des charges climatiques sur les ouvrages

Référentiel européen :

  • norme NF EN 1995 dit Eurocode 5 dont la partie 1-1 est destinée à la conception des structures bois “à froid”. La partie 1-2 est quant à elle destinée à la justification par le calcul de la résistance au feu des structures bois.
  • à laquelle il convient d’associer la norme NF EN 1990 pour les principes généraux de justification, la norme NF EN 1991 pour la détermination des charges (climatiques, poids propre, exploitation, etc.), la norme NF EN 1998 pour la justifications des ouvrages sous sollicitation sismique.A noter que des textes normatifs ou règlementaires nationaux viennent compléter ces normes européennes pour la détermination nationale de certains paramètres (carte de zonage vent, neige, ou sismique)

L’exécution des structures reste pour l’instant un domaine traité au niveau national. En France ce sont les normes DTU qui jouent ce rôle. Pour la charpente en bois lamellé, c’est la norme NF P 21-203 dite DTU 31.1 Travaux de bâtiment – Charpentes et escaliers en bois qui est appliquée.