Le plus grand ensemble tertiaire français labellisé BBCA Excellence

À quelques minutes de La Défense, c’est un ensemble tertiaire hors norme de 125 000 m2 que le promoteur bas carbone WO2 élève sur 9 hectares en bord de Seine, dans le prolongement d’un parc départemental de 16 hectares. En avance sur la RE2020, Arboretum conjugue réhabilitation de bâtiments anciens et construction bas carbone en bois associant bois lamellé, CLT1 et façades à ossature bois. Sobriété constructive, architecture ouverte sur la nature, confort et services pour les usagers : le portail du bois lamellé vous fait découvrir la construction de ce projet emblématique à l’échelle mondiale en compagnie de Laurent Petit, directeur de l’ingénierie du maître d’ouvrage WO2, et de l’un de ses architectes, Paul Laigle, architecte au sein de Leclercq Associés.

Une sobriété constructive qui devance les futurs paliers de la RE2020

Allant du R+5 au R+7, les 5 immeubles qui encadrent le futur parc menant à la Seine sont tous édifiés avec le même système constructif : sur un socle (et un noyau abritant les ascenseurs) en béton, des poteaux et poutres en bois lamellé supportent des planchers en CLT1 et sont fermés par des façades à ossature bois largement vitrées. Doublée d’une approche volontariste sur le plan énergétique (géothermie, panneaux photovoltaïques), avec une future consommation qui sera deux fois et demi moins élevée que la moyenne des bureaux en France, cette structure majoritairement en bois permet au projet d’atteindre le niveau Excellence du label BBCA2. Elle devance également les futurs paliers de la RE2020 puisque l’ICconstruction  par bâtiment se situe en dessous du seuil qui sera exigé à partir de 2028 (670 kg CO2 éq/m2 versus 710 kg CO2 éq/m2 exigés à partir de 2028).

Le bois lamellé et le CLT nous permettent d’éviter des matériaux carbonés. Non seulement ils ont une très faible empreinte, mais en plus ils stockent le CO2. On passe de 1 260 kg au m2, qui est l’empreinte carbone d’un bâtiment classique, à environ 670 kg de CO2 par m2

Laurent Petit, directeur de l’ingénierie WO2

La particularité du projet, c’est que le bois est laissé apparent. Pour mieux mettre en valeur cette sous-face en bois, on vient, sur la trame de 2,70 mètres, insérer une poutre exactement dans l’épaisseur du plancher. Elle disparait donc complètement.

Paul Laigle, architecte, Leclercq Associés

PHOTOS DU SHOWROOM ARBORETUM CONSTRUIT SUR LE SITE

Le matériau de structure, le CLT, a été posé avec un tel soin qu’il assure complètement la finition. On a l’impression que tout est terminé, alors que le gros œuvre est à peine achevé. Et d’ailleurs on a raison, car on ne va rien ajouter de plus.

Laurent Petit, directeur de l’ingénierie WO2

Une structure bois visible et vecteur de confort pour les usagers

Arboretum conjugue sobriété constructive et volonté de faire bénéficier les usagers des avantages d’un environnement bois en laissant la structure bois aussi visible que possible. Chaque immeuble se passe de faux plafonds (les gaines aérauliques sont regroupées et dissimulées dans une bande centrale), laissant apparents les poteaux en bois lamellé et les sous faces de planchers en CLT1. Cette approche, qui impose des finitions extrêmement soignées et un travail de dissimulation des assemblages, a été rendue possible par un système de charpente retroussé, qui place les planchers à la même arase que les poutres qui les portent. Elle permet d’offrir 3,10 m de hauteur sous plafond aux usagers et s’accompagne d’une conception architecturale qui prolonge, à chaque étage, les espaces vers l’extérieur par des jeux de terrasse ouvertes sur le paysage du futur parc. Ajouté à une riche programmation de services (restauration, sport & loisirs, événementiel…), ce confort où la nature réinvestit l’environnement de travail possède toutes les cartes pour établir un nouveau standard de qualité en matière d’immobilier tertiaire.

Nous avons fait des recherches très approfondies avec l’aide d’une biologiste, Florence Avia, qui a compilé toute la recherche scientifique sur les aspects bénéfiques d’un environnement bois pour les utilisateurs. Les effets couvrent des champs très variés comme la baisse du stress, l’augmentation de l’attention, de la productivité…

Laurent Petit, directeur de l’ingénierie WO2

Aujourd’hui on imagine le bureau très différemment d’il y a 20 ans. On construit un bureau pour faire venir les collaborateurs. Ici, on leur propose une architecture qui n’est pas seulement confortable, mais aussi responsable, car le bois est porteur de cette conscience environnementale.

Paul Laigle, architecte, Leclercq Associés

En savoir plus

CAMPUS ARBORETUM

 

Lire l’article présentant le projet Arboretum

L’INFLUENCE DU BOIS DANS LES ENVIRONNEMENTS DE TRAVAIL

• Découvrir l’étude FCBA City Zen Wood 3 “Influence du bois sur l’environnement de travail
• Voir le replay de l’atelier Impacts “Les effets d’un environnement bois sur l’occupant”

1 CLT : Cross Laminated Timber ou Bois lamellé croisé
2 Label BBCA : Bâtiment Bas Carbone