• Pôle d'échange multimodal de Lorient - CRÉDIT : AREP / photo Didier Boy de la Tour
  • Maison de l'étudiant de Guyancourt - CRÉDIT : Agence Fabienne Bulle
  • Tennis couverts de Grenoble - CRÉDIT r2K architectes / photo Sandrine Riviere
  • Immeuble de bureaux Opalia à Paris - CRÉDIT Art&Build/ photo : Mairie de Paris – DPA - C. Dorval

Actualités

25 août 2017

ÉQUIPEMENT – Pont de Lure

Le bois lamellé s’invite dans les TP ! Le pont de Bouhans-lès-Lure (Haute-Saône), inauguré il y […]

En savoir plus

25 août 2017

INTERVIEW- Ville de PARIS

Dans le 13e arrondissement de Paris, le nouvel immeuble tertiaire Opalia va, début septembre, être […]

En savoir plus

Performances du bois lamellé

Le bois lamellé se distingue par un rapport performance/masse particulièrement intéressant. En deux mots : léger et solide, il autorise la réalisation de sections importantes, capables d’assumer de très longues portées sans poteau intermédiaire. C’est par ailleurs un matériau peu conducteur de chaleur qui participe à la performance thermique globale d’un ouvrage en limitant les ponts thermiques. Enfin, la maîtrise du taux d’humidité relative du bois lamellé est une garantie une stabilité, assurée par des coefficient de rétractabilité connus et contrôlés.

  • Masse volumique (sapin/Epicéa) à 15 % d’humidité : entre 400 et 500 kg/m3
  • Coefficient de conductivité thermique (lambda) : 0,12 W/m°C
  • Coefficient de rétractabilité radiale/tangentielle par % de variation d’humidité = 0,25%
  • Coefficient de rétractabilité longitudinale : négligeable
  • Résistance courante à la flexion : de 24 à 30 Mpa

Les contraintes que peut supporter une structure en bois lamellé sont directement liées aux performances mécaniques des bois lamellés qui la composent. Pour des raisons pratiques, le bois lamellé est caractérisé par un classement de performance mécanique, déterminant les caractéristiques de résistance du matériau et ses propriétés associées.

Les classes de résistance du bois lamellé sont déterminées à partir des classes de résistance des lamelles qui le composent, conformément à la norme NF EN 14080 (2013) : Structures en bois – Bois lamellé collé et bois massif reconstitué – Exigences.

Plus d’informations