Le bois lamellé s’invite dans les TP ! Le pont de Bouhans-lès-Lure (Haute-Saône), inauguré avant l’été, constitue une innovation pour le franchissement de grosses infrastructures. Sa structure mixte, poutres bois lamellé connectées au tablier béton, encore peu utilisée pour ce type d’ouvrage, fait l’objet d’une étude pour la rédaction d’un guide méthodologique.

 

Pont-de-lure-NL
Pont-de-lure
Pont-de-lure-3

L’aménagement de la déviation de la RN19 entre Lure et Amblans-et-Velotte a imposé la mise en œuvre d’un pont pour assurer le passage de la faune et d’un chemin forestier emprunté par des grumiers. L’emploi du bois lamellé a été retenu par la maîtrise d’ouvrage pour les atouts environnementaux de cette solution (matériau naturel, renouvelable, durable), en parfaite cohésion avec les ambitions de l’ouvrage, situé en zone forestière. « Hormis pour les passerelles piétonnes, il est très rare d’utiliser du bois pour les projets routiers, explique Laurent Remy, maître d’œuvre du projet au Service d’Ingénierie Routière Alsace Franche-Comté de la DIR Est. L’idée est de développer ce type de construction pour promouvoir l’utilisation du bois dans la construction des ouvrages routiers en France. C’est un matériau durable que l’on essaie désormais de prendre en compte dans les infrastructures routières ».

L’ouvrage est constitué de deux travées continues de 15 m. Les 4 poutres en bois lamellé de 31,40 mètres de long, 1,20 mètre de large et 1 mètre de haut, reposent sur une pile centrale et deux culées. Elles servent d’appui au tablier en béton. « Le bois lamellé permet d’avoir des sections et des longueurs importantes, poursuit-il. Il a été préconisé sur cet ouvrage du fait de la longueur importante des poutres ». Près de 190 m3 de bois brut en douglas hors aubier ont été nécessaires à leur réalisation. Les systèmes de connexion ont fait l’objet d’une attention particulière et ont été fixés en atelier sur la charpente en bois. « Nous maitrisons très bien cette connexion avec les charpentes métalliques. C’est ce système qui a été préconisé pour ce chantier. Il s’agit de ferrures et de connecteurs type goujons soudés sur plats métalliques vissés dans le bois ».

A l’avenir, l’ouvrage va progressivement livrer ses secrets. L’insertion de capteurs et de sondes sur les poutres va permettre de collecter des informations sur le comportement du bois dans le temps (température, hygrométrie, déformation…). Ces données seront analysées par le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) afin de vérifier ses préconisations techniques et de rédiger deux guides méthodologiques pour la réalisation de ce type d’ouvrage.

Pont-de-lure-1B
Pont-de-lure

Fiche d’identité

  • Ouvrage Pont de Lure
  • Localisation Bouhans-lès-Lure (70)
  • Livraison juin 017
  • Dimensions 12 m de large / 30 m de long
  • Maître d’ouvrage Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement du logement (DREAL) de Bourgogne-Franche-Comté
  • Maître d’œuvre DIR Est / SIR Alsace Franche-Comté à Vesoul Equipe projet 3 avec l’appui de :
DIR Est/SOA/POA4 à Metz et CEREMA/DterEst/Infra/DOA à Metz
  • Contrôle extérieur CEREMA/DterCE/DL Autun, CEREMA/DterEst/Laboratoire Nancy
  • Coordination SPS QUALICONSULT
  • BE Environnement SEGED
  • Contrôle géométrie BEC2i
  • Budget 1,45 millions d’euros TTC
  • Particularités Ouvrage d’art en mixité bois-béton connecté

A retenir

Les atouts du bois lamellé

Le bois lamellé dispose de caractéristiques mécaniques lui permettant de franchir de grandes portées, il favorise la conception d’ouvrages d’envergure.

Le bois lamellé est un matériau particulièrement durable et naturellement résistant aux agressions de type chimique ou climatique, de même qu’aux ambiances humides ; une durabilité qui n’est pas soumise à un entretien particulier

Le bois lamellé est un matériau naturel, renouvelable, durable, recyclable et puits de carbone.