Un centre d’enseignement sculptural en bois lamellé

Au nord du cercle polaire arctique, la ville suédoise de Gällivare s’est doté d’un nouveau centre regroupant l’ensemble des filières d’enseignement supérieur régionales. Inspirée des paysages de cette région minière, la Maison du Savoir a été conçue comme un point de repère reflétant l’histoire et la culture des Samis, peuple autochtone de la Laponie dont les architectes ont sollicité plusieurs artistes pour créer des œuvres intégrées à la conception du lieu. Pensé comme une sculpture, le bâtiment illustre à la fois les capacités structurelles et ornementales du bois lamellé, paré pour ce projet de chaudes tonalités rouges.

Architecture : Liljewall ////  Photos : Anna Kristinsdóttir & Anders Bobert //// Article : Valérie Flamand

Un espace éducatif beau et fonctionnel

Derrière ses façades asymétriques en bois lamellé teinté, la Maison du Savoir s’ouvre sur un hall d’entrée spectaculaire et accueillant, avec une cheminée et un grand escalier dont la gradation des premières marches leur permet de servir d’assises. Conçu comme un lieu de rencontres, le hall peut abriter des conférences ou des expositions et se déploie jusqu’au sixième étage. Il est surmonté d’une charpente, également en bois lamellé, dont les chevrons dessinent un motif graphique qui se prolonge jusqu’au vaste espace de restauration. Les salles de cours occupent les différents étages, qui se terminent par une grande salle de conférence avec vue sur les montagnes environnantes.

” Le bois a permis de donner au bâtiment une allure très caractéristique. Les façades sont constituées de piliers en bois lamellé, tous de formes différentes inspirées des motifs locaux.  Placés par paire devant les porteurs et teintés d’un rouge intense, ils créent un rythme varié et une identité forte.”

Lars Olausson, architecte du projet de l’agence Liljewall

Fiche d’identité

  • Ouvrage Centre d’enseignement supérieur
  • Localisation Gällivare (Suède)
  • Maîtrise d’ouvrage Municipalité de Gällivare
  • Architecture Liljewall
  • Livraison 2020
  • Budget 60M€
  • Surface  23 000 m²

À retenir

Les atouts du bois lamellé

La fabrication du bois lamellé lui procure une résistance accrue aux situations d’humidité et aux rayons ultraviolets. Les bâtiments en bois lamellé sont conçus pour assurer une durabilité minimale d’un siècle.

Le bois lamellé est un excellent support décoratif. Il se prête à une grande variété de formes, de couleurs et permet d’imaginer des pièces d’ameublement en harmonie avec la structure bois des bâtiments.

Le bois lamellé est un matériau de structure exceptionnel du point de vue environnemental. Naturel, renouvelable et recyclable, c’est aussi un formidable puits de carbone.

Un choix de matériaux pensé dans une logique durable

Les architectes ont eu à cœur de concevoir un ensemble qui soit économiquement, écologiquement et socialement durable. Leur choix de matériaux s’est porté sur une mixité bois béton. Le bâtiment étant construit sur un sous-sol abritant les parkings, les dalles ont été réalisées en béton, ainsi que la cage d’ascenseur. Toutes les façades reposent sur une structure poteaux poutres en bois lamellé, qui a également été retenu pour les charpentes et les pièces d’ameublement telles que les bancs, dessinés sur mesure. Les plafonds sont en CLT (Cross Laminated Timber) et des panneaux en épicéa habillent une grande partie des murs. Au total 576 mde bois lamellé et 80 mde CLT ont été utilisés pour le projet.

Un style fort avec le bois lamellé teinté

Si le bois lamellé est généralement mis en œuvre dans la teinte naturelle de ses différentes essences, il se prête aussi à la couleur, que ce soit dans les éléments de structure ou de décoration. Au sein de la Maison du Savoir, toutes les pièces de bois lamellé visibles, à l’intérieur comme à l’extérieur, ont été traitées dans le même rouge intense. Cette couleur, inspirée d’un rouge présent dans la nature arctique, donne un caractère distinctif au bâtiment, qui se démarque au sein de la ville et sur la blancheur de la neige en hiver sans bouleverser l’interaction avec le bâti avoisinant en briques. Protectrice pour plusieurs années et d’un aspect mat très naturel, la peinture a été appliquée en 3 étapes : une huile en sous-couche, un apprêt pour empêcher l’humidité de pénétrer dans le bois et renforcer l’adhérence, et enfin une peinture acrylique mat de finition.

” La culture sami a été notre force motrice dans le projet. À la fois sur le plan humain et pour sa formidable connexion à la nature. “

Lars Olausson, architecte du projet de l’agence Liljewall

Pour en savoir plus sur le studio d’architecture Liljewall : www.liljewall.se