Une usine française en bois, premier programme industriel au monde certifié Cradle to Cradle

Imaginé à la fin des années 80 par le chimiste allemand Michael Braungart et l’architecte américain William McDonough, le concept Cradle to Cradle (littéralement du berceau au berceau) est l’un des principes fondateurs de l’économie circulaire. Couvrant à la fois les produits de consommation, les matériaux et les constructions, la certification internationale à laquelle il a donné lieu valorise une démarche globale d’éco-conception où tous les composants doivent être recyclables et chimiquement inoffensifs. C’est le cas de la nouvelle usine Mobilwood à côté d’Auxerre dans l’Yonne, où le bois omniprésent constitue aussi une raison d’être puisque l’entreprise est spécialisée dans les agencements sur mesure en bois.

Architecture : Florent Demay – Atelier HVR Architecture ////  Photos : Florent Demay //// Article : Valérie Flamand

L’usine Mobilwood, première étape d’un écosystème vertueux

Lauréate de l’appel à projet « Bâtiment innovant » du Fond Européen de Développement Régional Bourgogne Franche-Comté, l’usine Mobilwood a inscrit la volonté de certification Cradle to Cradle dès son cahier des charges. Car elle marque en effet pour le maître d’ouvrage Ulterïa la première étape d’un projet d’entreprise plus global, qui vise à créer au sein de ce territoire rural un écosystème vertueux et innovant sur les plans environnemental, social et économique. Cet écosystème expérimental, unique en son genre, réunira à terme autour de l’usine une école, un centre de formation, une ferme et une maison citoyenne.

Les 7 grands principes de la certification Cradle to Cradle adoptés pour l’usine

Parmi les plus exigeantes au monde sur le plan environnemental, la certification Cradle to Cradle constitue une démarche d’éco-conception globale qui porte sur tous les aspects de la vie de l’ouvrage : la qualité de l’air et de l’eau, le recyclage des matières organiques, l’utilisation de matériaux sains et upcyclables, la biodiversité et le paysage, la mobilité au sein de l’ouvrage et sa flexibilité, la mise en œuvre d’une énergie renouvelable positive et, enfin, la qualité de vie, la productivité et la diversité culturelle au sein de l’usine.

“Au-delà de la certification, c’est bien cette recherche de circularité qui nous a guidé en favorisant des matériaux biosourcés et des filières locales, tout en intégrant la réflexion de la fin de vie du bâtiment avec des matériaux démontables, réutilisables ou upcyclables.”

HVR Architecture

Fiche d’identité

  • Ouvrage Usine & bureaux
  • Localisation Saint-Bris-le-Vineux (89)
  • Maîtrise d’ouvrage Ulterïa
  • Architecture Florent Demay – Atelier HVR Architecture
  • BET  3IA Ingénierie
  • Paysagiste  Benjamin Mesnager
  • Livraison 2021
  • Budget 5,2 M€
  • Surface 4 200m²

À retenir

Les atouts du bois lamellé

Le bois lamellé est recyclable et valorisable, de l’étape de sciage (déchets revalorisés à 100%) jusqu’à sa fin de vie, où il peut être débité pour être réutilisé en construction, broyé pour fabriquer de la pâte à papier ou déchiqueté pour servir d’énergie.

Le bois lamellé est un excellent stockeur de carbone et sa fabrication nécessite peu d’énergie. L’énergie consommée tout au long de la vie d’une poutre en bois lamellé est à 72 % d’origine renouvelable.

Les structures en bois lamellé possèdent des qualités essentielles pour améliorer le confort au travail en termes d’ambiance, d’innocuité sanitaire, d’acoustique, de facilité de circulation…

Une construction alliant bois massif et bois lamellé

Provenance, composition, démontabilité, upcyclage : tous ces aspects ont guidé le choix des matériaux employés. Certains tels que le PVC étant bannis (y compris pour les réseaux, remplacé par du polyéthylène haute densité), et d’autres très fortement déconseillés, comme les produits issus de la pétrochimie. Une approche constructive différenciée reposant sur l’usage conjoint de bois lamellé et de bois massif a été adoptée selon les 3 destinations des locaux :

• Les ateliers de travail du bois, dont le classement IPCE impose des contraintes fortes en termes de stabilité et de résistance au feu, repose sur une structure mixte bois et béton, avec murs et poteaux en béton (produit localement) et charpente associant bois lamellé et bois massif (douglas).

• La partie stockage/expédition, dont la fonction de protection aux intempéries obéit à moins de contraintes règlementaires, a été construite avec une structure en bois lamellé et une charpente en bois massif.

• Enfin, les bureaux et espaces communs reposent sur une ossature en bois lamellé et une charpente en bois massif (douglas), avec une partie des cloisonnements en briques de chanvre afin de favoriser l’inertie du bâtiment.

“Le projet se construit depuis la programmation en misant sur l’intelligence collective. Cette méthode reste valable sur la phase chantier en partant du principe que les entreprises sont également « sachant ». Leurs expériences et savoir-faire sont précieux pour l’évolution positive du projet.”

HVR Architecture

Une volonté de circularité et d’autonomie

La production d’eau chaude nécessaire au fonctionnement de l’usine et au chauffage est assurée par une chaufferie alimentée en totalité par les déchets de bois de la production. L’isolation renforcée (en fibres de bois pour murs et plafonds et en verre cellulaire pour les isolants sous dalle) est accompagnée d’un système adiabatique (ventilation couplée avec de l’eau) afin de réduire les risques de surchauffe en été, tandis que l’ensemble des besoins en électricité sont couverts par des panneaux photovoltaïques. Bien qu’aucune exigence ne soit attendue pour ce type de typologie, l’usine vise l’équivalence de la règlementation RT2012. Quant aux bureaux, alors que le permis de construire date de 2018, ils ont anticipé la RE2020.

En savoir plus sur :

• Le projet et l’atelier HVR Architecture : www.hvr-architectes.com

• Mobilwood et ses savoir-faire d’agencement en bois : www.mobilwood.com

• L’écosystème et le projet Ulterïa : www.ulteria.fr